Mode de vie sain : Des conseils pour se fixer des objectifs en matière d’alimentation et de nutrition pour la nouvelle année
« L’alimentation consciente signifie d’être attentifs à ce que nous mangeons dans le moment présent, sans jugement. »

Écrit par Shorey Andrews

Publié le février 28, 2022
A woman is standing in her kitchen preparing a healthy meal

Chaque début de nouvelle année, nous faisons face aux décisions prises l’année précédente et nous commençons à réfléchir à ce que nous voulons changer ou, autrement dit, résoudre. Parmi les nombreuses résolutions populaires du Nouvel An figure la nécessité de faire de l’exercice et d’adopter des habitudes alimentaires saines, mais la manière d’y parvenir est un sujet qui mérite d’être abordé. 

C’est dans cet esprit que nous avons discuté avec Karma Stanley, infirmière auxiliaire autorisée chez Thérapie Inkblot, de ce que cela signifie de planifier un départ sain pour une toute nouvelle année. 

Établir des objectifs spécifiques et réalisables en matière de santé et de nutrition 

Avant de pouvoir commencer votre cheminement vers une meilleure santé, vous devez déterminer certaines mesures à prendre en accord avec vos valeurs et vos objectifs spécifiques. Mme Stanley nous explique comment fonctionne la fixation d’objectifs à l’aide des conseils ci-dessous. 

« Il est important de se fixer des objectifs modestes et durables. Nous pouvons utiliser notre consommation d’eau par exemple. Beaucoup d’entre nous ne boivent pas la quantité d’eau recommandée. Augmenter notre consommation d’eau peut donc sembler être un objectif réalisable pour commencer. C’est particulièrement vrai après les Fêtes, tandis que beaucoup d’entre nous ont eu une alimentation plus riche en gras et en sucre, et plus pauvre en fibres que d’habitude. »

Vous pouvez déterminer des objectifs spécifiques et réalisables en vous posant des questions, notamment :

  • « Comment cela va-t-il influencer mon image et ma positivité corporelles? » 
  • « Comment vais-je me sentir? » 
  • « Quelle incidence cela aura-t-il sur ma vie sociale? » 

Comprendre les conséquences de la culture de la diète 

Alors que les personnes de votre entourage commencent à vous faire part de leurs efforts pour s’améliorer en ce début de nouvelle année, il peut être facile de vous laisser entraîner dans la culture de la diète. Il est donc essentiel que vous compreniez la nature de cette culture et ses conséquences sur le corps et l’esprit. 

« La culture de la diète se définit comme un ensemble de croyances qui glorifie la minceur, l’apparence et la forme du corps avant la santé et le bien-être. Il est vraiment important de nous concentrer davantage sur l’inclusion du poids et la positivité corporelle, et moins sur la pression que nous nous imposons pour entrer dans le moule ou la honte que nous ressentons à cet égard », explique Mme Stanley. 

La façon dont nous parlons de notre image corporelle, à nous-mêmes et aux autres, peut changer la donne. La positivité corporelle signifie de parler avec intention et de veiller à utiliser une approche réfléchie. 

« Nous devons éviter de nous enfermer dans des idées ou des peurs que nous nous faisons à propos du fait de devenir ou de paraître gros. Ainsi, des commentaires comme les suivants : “Je ne mange pas ça, je ne veux pas grossir” ou “Est-ce que j’ai l’air gros là-dedans?” ou encore “Tu es superbe ! As-tu perdu du poids?” sont vraiment dommageables, car ils ne permettent pas la positivité corporelle et l’inclusion du poids. Nous devons également être attentifs à nos habitudes en matière d’exercice physique et ne pas comparer notre corps à celui des autres. Il est important de nous rappeler que l’alimentation est une question d’équilibre, et non de perfection », dit Mme Stanley.

Les avantages de tenir un journal alimentaire

Le journal alimentaire est un outil utile pour déterminer comment votre corps réagit à ce que vous mangez. Mme Stanley nous aide à comprendre les avantages de tenir un journal alimentaire et les raisons pour lesquelles il s’agit d’un outil important à envisager lorsqu’on se fixe des objectifs. 

« La tenue d’un journal alimentaire peut être un exercice très utile pour les personnes qui s’interrogent sur leurs sensibilités alimentaires et qui remarquent des effets gastro-intestinaux après avoir mangé. Le fait de suivre son apport alimentaire et ses symptômes connexes, et d’en parler avec un médecin ou un diététiste peut aider à isoler et à éliminer les aliments qui déclenchent des effets indésirables ou désagréables. »

Mme Stanley nous prévient également de la façon dont le journal alimentaire peut être utilisé à mauvais escient : 

« Le journal alimentaire ne doit pas être utilisé pour tenir les gens responsables des aliments qu’ils consomment. L’alimentation est une question d’équilibre, et non de perfection. Un journal alimentaire n’est pas un moyen de comptabiliser le nombre de calories consommées ou la quantité de nourriture ingérée en une journée. Un journal alimentaire est un outil important pour ceux qui pensent avoir une sensibilité alimentaire. » 

Cinq autres pratiques à envisager pour se fixer des objectifs en matière de santé et de nutrition 

Il existe d’innombrables façons de prendre un départ sain pour la nouvelle année en matière d’alimentation et de nutrition. Nous avons interrogé Mme Stanley sur d’autres pratiques à envisager lorsqu’on se fixe des objectifs pour la nouvelle année. Voici ce qu’elle nous a répondu :  

1. Alimentation consciente 

« L’alimentation consciente signifie d’être attentifs à ce que nous mangeons dans le moment présent, sans jugement. Prêtez attention aux sentiments ou aux émotions que la nourriture fait naître en vous, tout en prenant le temps de la savourer et d’apprécier sa saveur et sa texture. Écoutez votre corps! Mangez lorsque vous avez faim et arrêtez lorsque vous vous sentez rassasié. »

2. Préparation des repas 

« La planification des repas est importante, car elle permet d’éviter de faire des choix qui autrement vous décevraient. Lorsque vous prenez le temps de planifier vos repas, vous pouvez vous assurer que vos besoins nutritionnels sont satisfaits. La planification vous permet de faire des choix lorsque vous n’avez pas trop l’estomac dans les talons, des choix qui seraient peut-être différents autrement. Elle vous permet également de vous faire gagner du temps pendant une semaine chargée, ce qui vous évite de vous sentir stressé et de prendre de mauvaises décisions au moment des repas. »

3. Forme et activité physique 

« L’intégration d’une activité physique est essentielle tout au long de l’année, car cette dernière libère de la sérotonine, aussi appelée l’hormone du bonheur. L’activité physique est particulièrement importante pendant les mois d’hiver, lorsque la réduction de l’ensoleillement entraîne un manque de vitamine D, et a donc une incidence sur notre humeur. Les petits changements sont également utiles! Par exemple, vous pouvez programmer une minuterie sur votre ordinateur pour vous rappeler de faire le tour de votre maison ou d’aller vous promener dehors. Fixez-vous de petits objectifs réalisables qui sont raisonnables et durables pour vous. »

4. Yoga et méditation 

« La méditation ou la pratique du yoga peuvent avoir une incidence positive sur votre alimentation et votre bien-être. La respiration profonde active le système nerveux parasympathique, et peut contribuer à réduire le stress, à faciliter la digestion et à favoriser la perte de poids si tel est votre objectif. Une habitude aussi simple que de faire des exercices de médiation peut avoir un effet domino positif sur votre état de santé global. »

5. Planification d’une meilleure nuit de sommeil

« Un mauvais sommeil peut avoir des répercussions profondes sur notre humeur et provoquer une réactivité émotionnelle accrue, c’est-à-dire une incapacité à réguler nos émotions et notre empathie émotionnelle. Apportez de petits changements à vos habitudes avant le coucher, comme vérifier la température de votre chambre, prendre une collation ou même suivre vos changements à l’aide d’un journal du sommeil pour comprendre leur incidence et surveiller les résultats. »

Avis de non-responsabilité : Cet article contient des directives ou des conseils qui ne sont pas destinés à l’autodiagnostic ou au traitement. Aucun contenu ne peut se substituer aux conseils directs d’un professionnel qualifié, comme votre médecin ou un professionnel de la santé mentale. N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel agréé pour les symptômes que vous ressentez.

Si vous êtes en situation de crise et avez besoin d’une aide immédiate, composez le « 911 » ou rendez-vous à la salle des urgences la plus près. Vous pouvez aussi appeler le Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 (en tout temps). Si vous êtes résident du Québec, composez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous pour obtenir des conseils, des ressources et plus encore.