Comment réduire le stress durant la période des Fêtes
La gestion du stress durant les Fêtes n’a pas à être compliquée. Voici des astuces et des conseils d’experts pour vous aider à y arriver.

Écrit par Shorey Andrews

Publié le Décembre 7, 2022
A white woman looks out the window at a dreary winter day.

À l’approche de la saison la plus intense de l’année, il faut prendre de grandes respirations et réfléchir à notre façon d’aborder ces festivités. Nous avons parlé à Nadine Carey, une psychothérapeute, des façons de réduire le stress durant les fêtes de fin d’année et du fait de déterminer comment vous allez les vivre cette année. 

Mme Carey explique, « Tout dépend de nos attentes et du type de pression que l’on s’impose. Il est important de se rappeler que si le niveau de stress est élevé durant les Fêtes (ce à quoi personne ne peut échapper), nous pouvons trouver des façons de le réduire jusqu’à un certain point. » 

7 façons de réduire le stress et de profiter de la période des Fêtes 

Le conseil le plus sensé sur la gestion du stress durant les Fêtes est d’accepter le fait que ce sera une période stressante, quoi que l’on fasse. Mme Carey suggère, « Si nous sommes honnêtes envers nous-mêmes quant au stress durant cette période et si l’on ne se fait pas de reproches, cela peut aider grandement. » Voici sept façons de réduire le stress et de profiter des bons côtés de cette période de l’année.

1. Comprendre comment le stress se manifeste dans l’esprit et dans le corps 

Afin de pouvoir gérer le stress, nous devons avoir une meilleure compréhension du stress et de ses manifestations dans l’esprit et dans le corps. Mme Carey décrit le stress comme étant à la fois une réponse physiologique (corps) et psychologique (esprit). 

« Physiologiquement, le stress se manifeste par la libération d’hormones et de substances chimiques dans notre corps qui nous font ressentir certaines choses. Par exemple, quand il y a sécrétion de cortisol et d’adrénaline, cela peut engendrer une accélération de la fréquence cardiaque, des changements de température, des papillons dans l’estomac, etc. Psychologiquement, notre esprit essaie de comprendre ce qui se passe dans le corps. Cela peut entraîner un brouillard cérébral ou de la confusion, des difficultés à prendre des décisions et un sentiment général d’accablement. » explique Mme Carey. 

Nous devons comprendre que les réponses physiologiques et psychologiques au stress sont interreliées. Il est donc important de gérer les deux types de réponses pour contrôler le niveau de stress.

2. Faire une pause des réseaux sociaux et se centrer sur soi-même 

En vous réservant du temps pour poser votre téléphone et vous concentrer sur les personnes qui vous entourent, vous serez plus en phase avec votre réalité. Mme Carey décrit comment nous pouvons modifier notre mode de pensée en fonction de ce que nous percevons dans la réalité virtuelle. 

« Les attentes envers soi-même et les histoires qu’on se raconte (comme ce que devrait être Noël ou comment l’on devrait se sentir à Noël) peuvent être réellement stressantes, surtout si elles sont vécues à travers le prisme des réseaux sociaux. Nos souvenirs de cette période, surtout ceux qui ne sont pas heureux, peuvent être souvent déclenchés par ce que nous voyons sur les réseaux sociaux, où d’autres personnes partagent des expériences et des souvenirs agréables. » 

3. Se demander : « De quoi ai-je besoin pour le temps des Fêtes? » 

Il est important de reconnaître que, quoi que vous fassiez, les fêtes de fin d’année seront très occupées. Durant cette période agitée, il peut être bénéfique de planifier et de vous poser cette importante question : « De quoi ai-je besoin? »what do I need?” 

Mme Carey élabore sur ce concept, en disant, « Je conseille souvent aux gens, avant les Fêtes, de discuter avec la partie la plus rationnelle d’eux-mêmes. C’est la partie qui réfléchit, le lobe frontal de votre cerveau, et elle crée certains types d’engagements ou d’intentions sur ce que vous voudriez que soient les Fêtes. Par exemple, « Je vais m’assurer de bien dormir trois nuits dans la semaine » ou « Je vais m’assurer de boire modérément. » En utilisant la partie la plus rationnelle de soi-même, l’établissement des intentions nous permet de planifier et non pas d’être accablés au début de la période des Fêtes. » 

4. Être réaliste et honnête quant à votre budget de dépenses pour les Fêtes 

C’est facile de se laisser prendre par la frénésie du moent et de dépenser plus que l’on ne peut se permettre en cadeaux à ses proches, mais Mme Carey vous suggère de vous demander comment vous allez vous sentir en février après avoir abusé de votre carte de crédit durant les Fêtes. « Il peut être utile d’avoir un budget bien établi, de reconnaître l’inconfort face à l’impossibilité de dépenser plus, d’accepter cet inconfort et de comprendre que tout cela est correct », dit Mme Carey. 

Outre le fait d’être honnête avec soi-même, Mme Carey suggère d’avoir des conversations franches avec d’autres personnes. « Ayez des conversations ouvertes avec des amis et des membres de la famille sur la façon dont (les Fêtes) vont se dérouler cette année, pour que chacun ait des attentes réalistes et ainsi éviter des déceptions. Ces conversations ne doivent pas nécessairement porter sur l’argent. Pensez différemment pour créer des choses qui coûtent moins cher ou rien du tout. »

5. Savoir quand il est temps de faire une pause

Les Fêtes doivent être l’occasion de s’amuser et de créer des liens. Si vous vous réveillez exténué tous les matins, redoutant ce qui s’en vient et n’éprouvant aucune joie, c’est le temps de penser à prendre une pause. 

« Votre cerveau et votre corps vont vous faire savoir que vous avez besoin d’une pause, selon votre état d’accablement ou de confusion. Si vous savez quels sont les déclencheurs physiologiques et psychologiques du stress et que vous êtes conscient de ce qui se passe en vous, vous avez la possibilité de faire une pause et de vous dire : « Je vais bien » ou « Je suis en sécurité en ce moment », suggère Mme Carey.

6. Éviter de vous comparer aux autres 

Comme tous vos proches commencent à célébrer de différentes façons, vous serez porté à comparer, à porter attention à ce qu’ils font durant cette période ou comment ils s’investissent. Dans ces cas-là, il peut être utile de vous demander comment vous voulez participer 

« Vous ne pourrez peut-être pas être de tous les événements ou tout cuisiner de A à Z (peu importe la comparaison), mais comment comptez-vous participer? La clé est d’apprendre quand dire « non » et de vivre les Fêtes différemment, comme appeler quelqu’un ou envoyer une carte de souhaits. Il y a différentes façons de vivre cette période. Notre cerveau excelle à nous dire quoi ne pas faire. Alors nous devons nous demander « que puis-je faire? » et c’est ainsi que l’on détermine les différentes façons de participer, » dit Mme Carey.

7. Communiquer vos sentiments à des gens de confiance

En période de stress, il est utile de pouvoir communiquer ce que vous ressentez à quelqu’un qui peut vous écouter. Mme Carey souligne le fait qu’il y a du courage dans la vulnérabilité.

« Si vous pouvez dire à quelqu’un que vous êtes stressé ou fatigué ou accablé, par exemple, vous serez étonné de voir à quel point cette vulnérabilité incitera les autres à se confier à vous. Cela nous aide à nous sentir moins seuls et à établir un lien. À elle seule, notre capacité à exprimer notre ressenti diminue notre réponse au stress. Si nous pouvons le faire avec quelqu’un qui nous comprend, cela la réduit encore davantage. » 

Le temps des Fêtes peut être difficile pour plusieurs raisons. Les conseils inclus dans cet article vous aideront à planifier et à déterminer ce dont vous avez besoin en cette période des Fêtes et à la vivre de la meilleure façon pour vous. Peu importe ce que vous vivez, lorsque les niveaux de stress et d’anxiété sont élevés, sachez que vous pouvez toujours demander de l’aide ou faire appel à d’autres ressources.

Avis de non-responsabilité : Cet article contient des directives ou des conseils qui ne sont pas destinés à l’autodiagnostic ou au traitement. Aucun contenu ne peut se substituer aux conseils directs d’un professionnel qualifié, comme votre médecin ou un professionnel de la santé mentale. N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel agréé pour les symptômes que vous ressentez.

Si vous êtes en situation de crise et avez besoin d’une aide immédiate, composez le « 911 » ou rendez-vous à la salle des urgences la plus près. Vous pouvez aussi appeler le Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 (en tout temps). Si vous êtes résident du Québec, composez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous pour obtenir des conseils, des ressources et plus encore.