Surmonter la perte d’un proche
Faire le deuil de quelqu’un n’est pas un processus linéaire : voici certaines des émotions que vous pourriez ressentir pendant un deuil.

Écrit par Espacelle

Publié le février 28, 2022
A Black woman leans against her bed while crying

Lorsque vous perdez quelqu’un qui comptait pour vous, que ce soit un membre de votre famille, un ami, un partenaire romantique ou un collègue, le deuil peut sembler incommensurable. Et, malgré ce que vous avez pu entendre sur les cinq étapes du deuil, il n’y a pas une façon correcte de faire son deuil. 

Le concept des cinq étapes du deuil du modèle souvent cité de Kubler-Ross se base spécifiquement sur des personnes ayant reçu un diagnostic d’incurabilité et concerne ces personnes qui ont accepté leur mort imminente, pas les personnes qu’elles laissent derrière elles. Cet élément de recherche populaire sous-entend une progression linéaire qui pourrait vous faire penser que vous « ne faites pas votre deuil correctement ». 

« Penser que le processus de deuil est linéaire implique des attentes et ne pas répondre à ces attentes peut entraîner un sentiment de culpabilité ou de honte », indique Camila Troughton, travailleuse sociale et thérapeute spécialisée dans le traumatisme et le deuil. « Il n’y a pas de calendrier précis pour le deuil. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire. »

6 façons de faire face à la perte d'un être cher 

Même si les étapes ne viendront peut-être pas une par une, vous pouvez ressentir certaines émotions familières lorsque vous perdez un être cher. Selon la théorie des six besoins du deuil présentée par Alan Wolfelt, Ph. D. et pédagogue renommé autour des sujets de la mort et du deuil, voici quelques moyens pour faire face au deuil. 

1. Accepter la réalité de la mort

Le choc d’un décès peut durer plusieurs mois et rendre difficile l’acceptation de ce qui s’est passé. « C’est la raison pour laquelle les rituels sont très importants », ajoute Troughton à propos des rassemblements comme les funérailles. « Ils nous permettent d’imprimer le message, d’accepter la réalité des événements. » Avec les restrictions dues à la COVID-19, il se pourrait qu’un rituel complet traditionnel soit impossible. Dans ce cas, essayez de trouver d’autres moyens de discuter de votre perte avec d’autres personnes et de rendre hommage à votre proche d’une manière ou d’une autre. 

2. S’autoriser à ressentir la douleur liée à cette perte

« Nous sommes prêts à beaucoup de choses pour ne pas ressentir la douleur », ajoute Troughton. Que ce soit en consommant des substances ou en nous jetant à corps perdu dans le travail, naturellement, nous cherchons des moyens de moins penser, d’anesthésier notre douleur. « Cependant, la douleur est patiente », ajoute-t-elle. « C’est en passant par ces émotions, en les prenant à bras-le-corps, que nous pourrons les traverser. » Reconnaître votre douleur est un moyen de commencer le processus de deuil. 

3. Se souvenir de la personne décédée

Comme le deuil n’est pas linéaire, il peut être difficile de faire cohabiter simultanément la douleur de la perte et les souvenirs heureux de la personne disparue. S’accorder du temps pour se souvenir de ce que vous aimiez chez cette personne est une façon saine de traverser votre deuil et c’est une méthode que vous pouvez réutiliser régulièrement. 

4. Développer une nouvelle image de soi 

Le deuil est une expérience transformatrice. N’espérez donc pas en ressortir inchangé(e). Pour beaucoup, cela signifie devoir se réadapter à la nouvelle version de soi-même. « Vous avez peut-être perdu un titre », dit Troughton. Par exemple, en perdant un parent, vous restez un fils ou une fille, mais la sensation peut être différente, et c’est quelque chose à laquelle vous devez vous habituer. 

5. Chercher un sens

Même si c’est l’une des seules certitudes qui existent, la mort est souvent perçue comme absurde. Voilà pourquoi surmonter un décès peut, en partie, prendre la forme d’une quête de sens. Vous pourriez vous demander : « Comment allons-nous raconter cette histoire? Qu’est-ce qui ressortira de ce qui s’est passé? », précise Troughton. C’est de là que sont nées de nombreuses œuvres de charité comme l’association Les mères contre l’alcool au volant.

6. Accepter l’aide d’autrui

Regardez votre écosystème de soutien et sachez que chaque personne pourra être là pour vous de façon différente, soit en vous écoutant, soit en vous aidant dans la réalisation de certaines taches ou en vous changeant les idées quand vous serez prêt(e). 

Peu importe où vous en êtes dans votre processus de deuil, discuter avec d’autres personnes qui ont vécu des expériences semblables, dans le cadre, par exemple, d’un groupe de soutien autour du deuil, peut aussi être utile.

« Se réunir est un de nos besoins fondamentaux et non seulement nous recevons de l’aide et du soutien, mais nous sommes tous aussi des experts », ajoute Troughton. « Nous savons mieux que quiconque ce que l’on ressent en situation de deuil et ce qui peut aider. Nous n’avons pas besoin de quelqu’un avec des diplômes ou une expertise. »

Trouvez les soins qui vous conviennent

Si vous ou l’un de vos proches cherchez du soutien pour comprendre et gérer le deuil lié à la perte d’un être cher, sachez que vous pouvez obtenir de l’aide. Le programme Espacelle contribue à éliminer les obstacles que rencontrent les femmes pour accéder à une thérapie, notamment le fait de ne pas savoir comment trouver un thérapeute, les longs délais d’attente, ainsi que les coûts, les inconvénients et le temps passé à se déplacer pour suivre une thérapie traditionnelle en personne.

Essayez dès aujourd’hui un an de thérapie numérique auto-guidée gratuite.

Avis de non-responsabilité : Cet article contient des directives ou des conseils qui ne sont pas destinés à l’autodiagnostic ou au traitement. Aucun contenu ne peut se substituer aux conseils directs d’un professionnel qualifié, comme votre médecin ou un professionnel de la santé mentale. N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel agréé pour les symptômes que vous ressentez.

Si vous êtes en situation de crise et avez besoin d’une aide immédiate, composez le « 911 » ou rendez-vous à la salle des urgences la plus près. Vous pouvez aussi appeler le Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 (en tout temps). Si vous êtes résident du Québec, composez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous pour obtenir des conseils, des ressources et plus encore.