Au-delà des bleus : comment soutenir une personne en dépression
Soutenir une personne souffrant de dépression peut être solitaire, frustrant et accablant si vous ne prenez pas soin de vous.

Écrit par Espacelle

Publié le février 28, 2022
A woman consoles another woman who is crying

Lorsque quelqu’un que vous aimez est aux prises avec la dépression, il n’est pas rare de se sentir impuissant . Même si d’habitude vous n’avez pas de problème à gérer votre santé mentale, tout le monde ressent les effets de la pandémie. Et pour ceux qui étaient déjà conscients de leur état dépressif avant cette pandémie, les conséquences supplémentaires liées à la crise, notamment la mort, la perte d’emploi et l’isolation sociale n’ont fait qu’aggraver les choses. 

La travailleuse sociale clinique Monica Piros sait que la dépression, qu’elle soit situationnelle ou due à des déséquilibres chimiques, présente de nombreux visages. « L’expression des symptômes de dépression selon les personnes est très variée », dit-elle. Ce qui explique qu’il peut être difficile de repérer ces symptômes chez autrui. 

À quoi peut ressembler la dépression

Le changement est normal, bien sûr, mais chaque personne a une base de référence à laquelle vous pouvez vous accrocher lorsque vous essayez de déceler des signes de dépression chez un proche. 

Voici quelques signes à surveiller : 

  • Changement comportemental : Alors que votre pair ou votre proche était sociable, il s’isole, a des difficultés à se concentrer au travail ou semble souvent irritable. 
  • Habitudes de santé modifiées : Vous pourriez remarquer des changements majeurs dans les rythmes de repas et de sommeil, trop ou trop peu. 
  • Crises de larmes : Ces crises semblent arriver sans raison ou tout le temps. 

D’autres signes plus graves :

  • Indications d’automutilation
  • Évocation d’idées suicidaires
  • Dons d’effets personnels 

Si vous remarquez un de ces signes, ne paniquez pas. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour aider un proche en période de dépression, et beaucoup de ressources utiles sont disponibles. 

Comment vous pouvez aider 

Tout d’abord, soutenir quelqu’un en dépression peut, si vous ne prenez pas soin de vous, vous donner un sentiment de solitude, de frustration et d’abandon de soi. « La chose la plus importante est d’être attentif à son propre état », précise Piros. « C’est la première ligne de défense. » Comme le masque à oxygène en avion, vous devez d’abord le mettre sur vous-même avant de pouvoir aider quelqu’un d’autre. 

Une fois que vous êtes sûr d’avoir le soutien dont vous avez besoin, vous pouvez essayer de suivre certaines des étapes suivantes : 

Soyez présent:

Un très bon moyen de montrer à quelqu’un que vous tenez à lui est simplement d’être présent pour lui. Prendre votre place auprès d’un proche qui souffre lui montre qu’il n’est pas seul et qu’il a quelqu’un vers qui se tourner. « Pas besoin d’être thérapeute pour aider quelqu’un qui souffre », affirme Piros. « Le plus important est de montrer à cette personne que vous êtes disponible pour elle, à sa convenance. » Cette dernière partie est importante : votre proposition d’aide ne devrait jamais être ressentie comme un fardeau pour la personne qui souffre de dépression. Aidez-la en respectant ses conditions.

Faites preuve de vulnérabilité: 

« Nous nous sentons souvent forcés de faire bonne figure », indique Piros. « Nous pensons qu’admettre honnêtement que nous rencontrons des difficultés ou que nous ne nous sentons pas bien donne une mauvaise image de nous ». Bien sûr, c’est faux, mais le sentiment de honte et la stigmatisation qui peuvent être associés à la dépression nous disent le contraire. « Entamez le dialogue de façon à ce que la personne ne se sente pas mal à l’aise ou n’ait pas honte de parler », précise Piros. Si vous avez vous aussi vécu des moments difficiles, cela peut être un bon point de départ à la conversation pour montrer à l’autre personne que ce qu’elle ressent est normal. 

Proposez des ressources:

Souvent, il est plus facile de parler de sujets vraiment personnels avec un étranger plutôt qu’avec un ami de confiance ou un partenaire amoureux. Voilà pourquoi certaines ressources peuvent être un outil efficace. « Il n’y a rien de mal à se préparer à une conversation comme celle-ci », indique Piros. « Savoir, c’est pouvoir; connaissez les ressources et soyez capables de les noter sur un morceau de papier. » Une telle action peut éviter une éventuelle gêne, donner à votre proche un support concret et les soulager d’un poids. « De cette façon vous dites : “tu n’as pas besoin de chercher, voilà le numéro”. »

Instaurer un plan de sécurité:

Instaurer un plan de sécurité: Pour quiconque qui présenterait certains des signes plus sérieux de dépression, y compris si votre ami, collègue ou proche a évoqué avec vous des idées suicidaires, préparer un plan de sécurité montre que vous le prenez au sérieux. « Demandez-lui : “lorsque tu te sens comme ça, pouvons-nous mettre en place un plan d’action? Qui peux-tu appeler? Vers qui veux-tu te tourner?” », précise Piros. « Il s’agit d’informer ces personnes qu’elles ont des options ». La liste de ressources est aussi très pratique dans ce cas-là. Assurez-vous d’inclure le numéro d’une ligne d’écoute téléphonique locale, comme le Service canadien de prévention du suicide, que votre proche peut appeler en cas d’urgence. 

Si la personne mentionne qu’elle pense à se faire du mal et qu’elle a un plan, prenez-la au sérieux. Écoutez-la et soutenez-la, ne la laissez pas. Appelez le 911 ou, si elle est d’accord, conduisez-la au service d’urgence le plus proche.

Apprenez-en plus pour comprendre la dépression et trouver du soutien..

Comment prendre soin de soi en aidant les autres

Ce genre de soins peut être très intense et aider une personne qui souffre de dépression s’accompagne souvent d’une forte pression. Certaines périodes sont longues et l’épuisement de la personne qui procure les soins est une réalité.  

Voici quelques éléments à retenir si vous avez la sensation que vous êtes, vous-même, dépassé : 

1. Respectez vos limites et les leurs:

Il est facile de se sentir frustré si vous avez l’impression que vos messages répétés de soutien tombent dans l’oreille d’un sourd, mais ce n’est pas parce qu’une personne est déprimée qu’elle n’a pas de limites. « Nous devons respecter les limites de chacun », indique Piros. « Agir de façon insistante avec des personnes en souffrance est déconseillé. » Être présent et rester patient quand vous avez vous-même épuisé toutes vos ressources peut être difficile, mais c’est là que vos limites entrent en jeu. Vous n’êtes pas obligé d’être disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et vous n’avez pas non plus à vous impliquer auprès de quelqu’un si vous savez que vous n’en avez pas l’énergie. Faites en sorte d’être le plus présent possible et ne donnez pas l’impression que ces pauses sont une forme de rejet, mais souvenez-vous de bien mettre votre masque à oxygène en premier. 

2. Ne vous vexez pas:

Nous aimons à penser que nous sommes les mieux placés pour aider nos proches, notamment dans le cadre des relations parent/enfant ou des relations de couple, mais la réalité est que, parfois, il est plus simple de parler à quelqu’un qui n’est pas si investi. Si votre proche fait appel à un responsable communautaire, à un enseignant ou même à un autre ami ou parent, rappelez-vous que demander de l’aide est un signe positif, peu importe à qui. Essayez de penser de façon plus collective : votre proche a un cercle de personnes qui tient à lui. À partir du moment où il demande de l’aide, c’est un pas dans la bonne direction. 

3. Soyez conscient que ce n’est pas votre responsabilité: 

Si vous n’êtes pas un professionnel agréé, il y a des limites à ce que vous pouvez faire. Quelqu’un qui a des idées suicidaires a besoin d’une aide en santé mentale à l’extérieur du foyer. « Ne pensez pas que vous êtes la seule solution pour cette personne », ajoute Piros. « Nous ne pouvons pas être responsable des pensées les plus intimes et des comportements des personnes que nous aimons. Nous ne lisons pas dans les pensées. » Maintenir le lien, être présent et à l’écoute, et fournir l’aide que vous pouvez sans sacrifier votre propre santé est tout ce que vous pouvez faire et c’est déjà beaucoup.

Trouvez un soutien adapté pour faire face à la dépression ou les problèmes liés qui y sont liés grâce à Thérapie Inkblot 

Whether you or someone you know might be living with depression — remember that you are not alone. Inkblot removes barriers to accessing the right support and matches you with qualified mental health practitioners based on your unique needs and preferences. All activity, including confidential video/voice sessions, booking and payment, happens on the Inkblot Therapy platform for convenience and maximum security and confidentiality. Inkblot’s unique matching system directs you to a provider selection page where matches will be ranked based on your symptoms, stressors, language, religion and more.

Essayez dès aujourd’hui un an de thérapie numérique auto-guidée gratuite.

Avis de non-responsabilité : Cet article contient des directives ou des conseils qui ne sont pas destinés à l’autodiagnostic ou au traitement. Aucun contenu ne peut se substituer aux conseils directs d’un professionnel qualifié, comme votre médecin ou un professionnel de la santé mentale. N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel agréé pour les symptômes que vous ressentez.

Si vous êtes en situation de crise et avez besoin d’une aide immédiate, composez le « 911 » ou rendez-vous à la salle des urgences la plus près. Vous pouvez aussi appeler le Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 (en tout temps). Si vous êtes résident du Québec, composez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous pour obtenir des conseils, des ressources et plus encore.